Archives de
Étiquette : Guadeloupe

Pourquoi la Guadeloupe s’appelle Guadeloupe

Pourquoi la Guadeloupe s’appelle Guadeloupe

La Guadeloupe porte son nom parce que Christophe Colomb le lui a donné en 1493. Il vient d’une rivière d’Espagne, la Guadalupe. Elle avait été ainsi baptisée par les Maures (les Africains) qui vécurent en Espagne du 8e au 15e siècle. Le nom exact était : Oued El Oub qui signifie La rivière de l’amour. Oued el Oub avait été transformé en Guadalupe. Au XIIIe siècle, un berger, Gil Cordero, aurait trouvé près de cette rivière une statue de la…

Lire la suite Lire la suite

Guadeloupe : le massacre de mai 67

Guadeloupe : le massacre de mai 67

Le 20 mars 1967,  Srnsky, un Européen, propriétaire d’un grand magasin de chaussures à Basse-Terre (Guadeloupe), voulant interdire à Raphaël Balzinc, un vieux Guadeloupéen infirme, cordonnier ambulant, de passer sur le trottoir qui borde sa devanture, lâche sur lui son berger allemand. Srnsky excite le chien en s’écriant : « Dis bonjour au nègre ! » Balzinc, renversé et mordu, est secouru par la foule, tandis que Srnsky, du haut de son balcon, nargue et invective à qui mieux mieux  les passants…

Lire la suite Lire la suite

Joseph Ignace (1769-1802)

Joseph Ignace (1769-1802)

Joseph Ignace est un ancien esclave charpentier qui résista d’abord à l’eslavage en organisant une troupe d’esclaves marrons. Lorsque Victor Hugues, en 1794, vint proclamer l’abolition, Ignace s’enrôla dans ses troupes et devint officier. Il s’engagea auprès de Delgrès dans la résistance au rétablissement de l’esclavage en Guadeloupe (1802). Le chef de bataillon Ignace, commandant le fort de la Victoire à Pointe-à-Pitre, refusa dès le 6 mai 1802 de se soumettre à Richepance qui, chargé par Napoléon de ratablir l’esclavage,…

Lire la suite Lire la suite

Gerty Archimède (1909-1980)

Gerty Archimède (1909-1980)

Gerty Archimède, née en 1909 à Morne-à-l’eau (Guadeloupe) fut, en 1939, la première Afro-descendante de France à devenir avocate. Engagée en politique au parti communiste, elle devint, en 1946, deux ans après que les femmes eurent le droit de voter et d’être élues (ordonnance du 21 avril 1944), la seconde Afro-descendante à entrer à l’Assemblée nationale (après Eugénie Éboué). Cette militante féministe deviendra maire-adjointe (1953) puis maire de Basse-Terre. C’est Gerty Archimède qui, en août 1969, évita à l’activiste afro-américaine…

Lire la suite Lire la suite

Alexandre Isaac (1845-1899)

Alexandre Isaac (1845-1899)

Alexandre Isaac, Afro-descendant né dans une famille de la petite bourgeoisie (ce qui lui permet de poursuivre des études secondaires) commence sa carrière dans l’administration des finances. Nommé directeur de l’Intérieur de la Guadeloupe en 1879, il profite de ce poste pour y développer l’enseignement public et gratuit : création d’une caisse des écoles, d’un corps d’instituteurs et d’écoles primaires, d’un lycée (le lycée Carnot de Pointe-à-Pïtre, inauguré en 1883), d’un enseignement agricole et professionnel. En 1885, Alexandre Isaac est…

Lire la suite Lire la suite

Achille René-Boisneuf (1873-1927)

Achille René-Boisneuf (1873-1927)

Achille René-Boisneuf est né au Gosier (Guadeloupe) en 1873, fils d’un esclave affranchi. Après ses études secondaires, il s’engage en politique. D’abord aux côtés du socialiste Légitimus , puis en dissident par rapport à une ligne que René-Boisneuf juge trop tiède. Il est élu conseiller municipal de Pointe-à-Pitre en 1900. En 1909, René-Boisneuf part en France et y obtient une licence de droit qui lui permet de revenir en 1910 et d’ouvrir un cabinet d’avocat à Pointe-à-Pitre. Il s’illustre dès…

Lire la suite Lire la suite

Solitude (1772-1802)

Solitude (1772-1802)

Solitude, née à la Guadeloupe vers 1772, exécutée le 19 novembre 1802, est une figure majeure de la mémoire guadeloupéenne. Bien que les documents historiques la concernant soient lacunaires, elle serait le fruit du viol de sa mère par les marins d’un bateau négrier. Comme de nombreuses femmes de la Guadeloupe, Solitude, enceinte de trois mois, a participé vaillamment, aux côtés de Louis Delgrès , aux combats de mai 1802 pour résister au rétablissement de l’esclavage ordonné par Napoléon Bonaparte….

Lire la suite Lire la suite

Gerville Reache

Gerville Reache

Gaston Gerville Reache est né à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe) en 1854. Après des études en France, au lycée de Versailles, Gerville Reache rentre aux Antilles et part enseigner la philosophie en Haïti. De retour en France, il termine ses études de droit et devient avocat en 1879. La même année, il s’illustre lors d’un banquet commémorant l’abolition de l’esclavage. En 1881, il est élu député de la Guadeloupe et siège à l’extrême gauche. Il se battra à l’Assemblée pour l’élection des…

Lire la suite Lire la suite

Privat d’Anglemont

Privat d’Anglemont

Alexandre Privat d’Anglemont, afro-descendant par sa mère, est né à Sainte-Rose (Guadeloupe) en 1815. Envoyé à Paris pour ses études, il fréquenta le lycée Henri-IV. Il fut ensuite journaliste, remarqué pas sa chevelure rousse et crépue, et apprécié pour ses chroniques sur la vie parisienne. Écrivant dans un style de grande qualité littéraire,  il aurait prêté sa plume à des romanciers et des feuilletonistes, notamment Eugène Sue. Privat était également un poète de premier ordre. Plusieurs de ses poèmes ont…

Lire la suite Lire la suite

Louis Delgrès (1766-1802)

Louis Delgrès (1766-1802)

Louis Delgrès né à Saint-Pierre (Martinique) est le fils d’une Afro-descendante et d’un procureur du roi. Recevant une bonne instruction, il vécut à la Martinique, puis à Tobago (occupée par les Français en 1781) lorsque son père y fut nommé directeur des Domaines. Enrôlé à dix-sept ans dans la milice de la Martinique, il y est nommé sergent en 1791, après la mort de son père. Favorable à la Révolution, il s’exile à la Dominique en 1791 lorsque les royalistes…

Lire la suite Lire la suite

Henri Salvador (1917-2008)

Henri Salvador (1917-2008)

Henri Salvador, né à Cayenne (Guyane) de parents guadeloupéens, est arrivé en France en 1929. Guitariste de jazz, il a fait ses débuts dans les cabarets parisiens des années 30 en jouant notamment avec Django Reinhardt. Fuyant l’occupation de la France pendant la guerre, il se produit avec l’orchestre de Ray Ventura en Amérique du Sud où ses talents d’humoriste sont également appréciés. Il se fera connaître comme chanteur par son interprétation de chansons antillaises, Maladie d’amour (1948), Adieu foulards,…

Lire la suite Lire la suite

Guillaume Guillon Lethière (1760-1832)

Guillaume Guillon Lethière (1760-1832)

Guillaume Guillon Lethière est originaire de Sainte-Anne (Guadeloupe). Fils légitimé d’un magistrat de la colonie et d’une Afro-descendante affranchie, Lethière vient en France étudier la peinture, à Rouen sous la férule de Descamps, puis à Paris chez Doyen. Pendant cette période d’apprentissage, Lethière devient l’ami d’autres Afro-descendants : le  chevalier de Saint-George et le général Dumas. Comme eux, il excelle à l’escrime. En 1784, il remporte le prestigieux prix de Rome et part séjourner au palais Mancini. De retour à…

Lire la suite Lire la suite

Hégésippe Légitimus (1868-1944)

Hégésippe Légitimus (1868-1944)

Hégésippe Légitimus, né à Pointe-à-Pitre, originaire par sa mère de Marie-Galante, à travers le journal Le Peuple ou le Parti ouvrier de Guadeloupe, joua un rôle essentiel dans le développement du mouvement socialiste aux Antilles. On l’a parfois surnommé « le Jaurès noir ». Il fut élu député en 1898 et président du conseil général l’année suivante. Hégésippe Légitimus, qui fut également maire de Pointe-à-Pitre, fonda une véritable dynastie d’intellectuels et d’artistes. Son fils, Étienne Légitimus, journaliste engagé, l’un des fondateurs du MRAP…

Lire la suite Lire la suite

Melvil-Bloncourt (1825-1880)

Melvil-Bloncourt (1825-1880)

Melvil-Bloncourt (Melvil Bloncourt), fils naturel d’un aristocrate (probablement le comte de Moyencourt, d’où le second prénom de Melvil : « vicomte ») et d’une Afro-descendante libre, est né à Grand-Bourg de Marie-Galante (Guadeloupe) en 1825. Venu à Paris pour y faire ses études, il se consacra à l’écriture. Il donna des articles aux journaux progressistes de l’époque et prit part à la révolution de février 1848. Melvil-Bloncourt fut incarcéré pour s’être opposé au coup d’État du prince Napoléon, le futur Napoléon III….

Lire la suite Lire la suite

Louisy Mathieu (1817-1876)

Louisy Mathieu (1817-1876)

Louisy Mathieu, né à Basse-Terre (Guadeloupe), était en 1848, à la veille de l’entrée en vigueur de l’abolition, un esclave de 31 ans affecté à l’emploi de tonnelier puis de typographe car il avait appris à lire. Fervent militant de l’abolition, il fut désigné sur la liste progressiste de Perrinon et Schoelcher, comme suppléant de Schoelcher. Ce dernier ayant été élu à la fois à la Guadeloupe et à la Martinique, Mathieu s’en fut à l’Assemblée nationale où il siégea…

Lire la suite Lire la suite

x Close

Une Autre Histoire

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial
RSS
Facebook
Facebook