Napoléon et Louis XIV réunis

Napoléon et Louis XIV réunis

Il existe à Paris un monument à la fois étrange, méconnu et fort symbolique: c’est une effigie hybride, drolatique et pour tout dire ridicule : Napoléon et Louis XIV réunis en une seule et même personne.

Cette représentation orne le fronton de la célèbre colonnade du Louvre ou colonnade de Perrault, place du Louvre, dans le 1er arrondissement de Paris.

Perrault (le frère du célèbre conteur) souhaitait consacrer le fronton de sa colonnade à son commanditaire, Louis XIV. Mais la lenteur du chantier ne le permit pas.

C’est Napoléon qui décida de mettre le triangle resté vide au profit de sa gloire et il ordonna au sculpteur François Lemot de s’en charger. Ce qui fut fait en 1808. Naturellement, la pièce maîtresse de l’ensemble était un buste de l’empereur, immodeste au possible, coiffé de lauriers, sur lequel Minerve s’appuyait familièrement, tout en tenant de sa main gauche un bouclier décoré de l’aigle impérial. Tout autour, des jeunes muses empressées se bousculaient pour rendre hommage au héros. La plus hardie gravait, dépoitraillée, son nom illustre dans le marbre.

En 1815, après la chute, Louis XVIII, jetant les bases de ce que d’aucuns appellent aujourd’hui la « Cancel Culture » ordonna de déboulonner à qui mieux mieux, de nettoyer les monuments de Paris et d’en effacer toutes les traces – qui étaient fort nombreuses- de la propagande napoléonienne. C’est par exemple ce qui explique les différences de coloration des pierres de la façade du palais Bourbon.

Cette entreprise de « dénapoléonisation » de la capitales prenant beaucoup de temps et coûtant fort cher, les architectes et les sculpteurs de la Restauration préférèrent souvent simplifier. Parfois avec malice.

C’est ainsi qu’il choisirent de transformer le Napoléon de la colonnade du Louvre en Louis XIV. Il suffisait de remplacer les lauriers par une perruque de pierre. Par ailleurs, au nom de Napoléon gravé sous le buste fut substitué celui du Roi Soleil (Ludovico Magno, « à Louis le Grand » en latin).

C’est la raison pour laquelle, les deux monarques les plus impliqués dans l’histoire de l’esclavage français, Louis XIV, qui l’a développé et codifié et Napoléon, qui l’a rétabli, se trouvent aujourd’hui encore réunis symboliquement en une seule personne et livrés à la fiente irrespectueuse des pigeons.

Mais le bouclier de Minerve reste timbré du rapace impérial.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

x Close

Une Autre Histoire

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial
RSS
Facebook
Facebook
Le chevalier de Saint-George, le nouveau livre de Claude Ribbe vient d'être publié cliquez ici pour le commander
Hello. Add your message here.