L’apartheid

L’apartheid

L’apartheid est un système de racisme légal, en partie inspiré par la ségrégation aux États-Unis , qui eut cours en Afrique du Sud de 1948 à 1991 et en Namibie de 1959 à 1979.

L’apartheid – séparation en afrikaans – succéda à une politique empirique de discrimination pratiquée – outre l’esclavagisme jusqu’à son abolition par l’Angleterre en 1833 – depuis l’installation des premiers colons hollandais et français (huguenots) dans la région du Cap au 17e siècle.

La mise en place de l’apartheid se traduisit par un appareil juridique classant les citoyens en « blancs » et « non-blancs » (et ces derniers en 3 catégories : « noirs » « colorés » et « indiens »).

Ce classement qui se fondait sur l’idée de « race » et sur la supériorité de la « race blanche », fut officialisé par une loi de classification de la population (1950).

Une loi sur les zones réservées (1950) permit d’exclure les « non-blancs » du centre des villes et de les assigner à résidence dans des ghettos.

La première loi votée interdisait les mariages entre personnes de catégories différentes (loi de 1949).

La proclamation de la République d’Afrique du Sud et la rupture des liens avec la Grande-Bretagne (1961) marquèrent l’apogée de l’apartheid.

Si l’apartheid prit fin en 1991, dans les faits, le système discriminatoire sud-africain ne cessa de fonctionner qu’au printemps 1994, date à laquelle des élections démocratiques  au suffrage universel et non fondées sur des critères racistes eurent enfin lieu.

Elle permirent à Nelson Mandela – emprisonné de 1963 à 1990 – de devenir président de l’Afrique du Sud.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

x Close

Une Autre Histoire

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial
RSS
Facebook
Facebook
Hello. Add your message here.