Quel crime a commis Eric Blanc pour disparaître subitement des écrans ?

Quel crime a commis Eric Blanc pour disparaître subitement des écrans ?

En mars 1988, le talentueux humoriste, imitateur et comédien français Éric Blanc, né en 1965 à Cotonou (Bénin) était -officieusement- interdit à vie de télévision pour s’être publiquement moqué de l’homosexualité supposée de l’influent et médiatique critique de cinéma Henry Chapier.

Le présentateur de l’émission -Thierry Ardisson – qui riait à gorge déployée de l’imitation dévastatrice improvisée par Éric Blanc n’eut, pour sa part, aucun problème.

Au-delà de ce grief discutable, Éric Blanc dérangeait parce qu’il se moquait aussi des Européens au lieu de se moquer seulement des « Africains » et des « Afro-descendants ».

Il n’y a jamais eu aucun exemple en France d’un humoriste considéré comme « noir » qui ait pu s’abstenir de se moquer des « noirs ».

Le crime d’Éric Blanc, ce fut d’avoir osé se moquer des « blancs ».

Quinze ans plus tard, un autre humoriste d’origine africaine, Dieudonné, allait lui aussi, pour d’autres raisons, connaître l’ostracisme médiatique.

La séquence d’imitation de Chapier qui coûta sa carrière à Eric Blanc (mars 1988)

Déc. 1987. Éric Blanc, en sapin de Noël très éméché, imite Frédéric Mitterrand

19 réactions au sujet de « Quel crime a commis Eric Blanc pour disparaître subitement des écrans ? »

  1. D’après ce que les anthropologues nous disent, nous sommes tous d’origine africaine, quelque soit notre couleur de peau. Nous pouvons nous sentir plus ou moins proche d’une communauté pour des raisons identitaires ou pour des raisons affectives liées à notre passé. De toute façon, se moquer d’une communauté pour bien exhaler son identité n’est qu’un piège de tous les racistes qui ne parlent que d’exclusion.

    Des opprimés, il y en a, il trouvent le besoin de se grouper en communauté pour mieux défendre leurs droits, c’est utile, mais il ne faut pas faire le jeu de contrer une communauté par une autre communauté.
    Il faut bien se rendre compte qu’en fait, on est de toutes les communautés, on est tous des métis.

    On peut se moquer avec tout le monde de tout le monde. Mais il faut aussi balayer devant sa porte, un propos anti-homosexuel même s’il peut être drôle peut paraître blessant pour certains.

    Comparer Eric Blanc à Dieudonné peut plutôt montrer les deux critiques que l’on peut faire à ces deux humoristes : leur opposition à deux communautés : homosexuels et juifs qui par le plus grand des hasards se sont trouvés dans des camps nazis (il manque un humoriste qui fasse des blagues sur les tziganes).

    Ce que j’aime dans « Une autre histoire », c’est un éclairage différent sur les faits et les personnes.

    Il serait intéressant de faire des comparaisons historiques sur toutes les minorités opprimées ou ayant été opprimées et parfois de leur collaboration avec les ennemis de leurs ennemis.

    Ainsi « Mohammed Amin al-Husseini » Mufti de Jérusalem permettant la création d’une division SS ayant des croissant sur l’uniforme et combattant les juifs (en Europe).

  2. Je suis atterrée d’apprendre grâce à Claude R qu’un autre humoriste noir s’est fait « dégagé » du PAF pour des motifs racistes.
    L’affaire Dieudonné a donc eu un précédent méconnu.
    Je suis contente qu’internet nous révèle les informations scandaleuses de ce qu’il se passe réellement dans notre pays et dans le monde. Merci à Claude RIBBE

  3. Franchement il n’y a pas de quoi fouetter un chat ! Je ne vois pas pourquoi Chapier a fait tant d’histoires. Mais bon il n’est plus là. Alors pourquoi Eric Blanc est-t-il toujours de fait interdit d’écran ? D autres (Gerra, Canteloup etc.) font et disent bien pire que lui.

  4. La « connerie » humaine n’a pas de limite. Eric Blanc est un véritable acteur. Qui s »est d’abord moqué de lui-même. Etre capable d’auto-dérision est preuve d’une grande intelligence.Qu’en est il de ses détracteurs et de ceux qui l’on privé d’écran ?
    Solidaire avec Eric moi le vieux toubab des bords du fleuve Niger !

  5. Dieudonné a démontré qu’Internet est plus puissant que les médias traditionnels (Tv, presse papier).
    Eric Blanc n’a pas eu la chance en 1988 d’avoir Internet à portée de main pour continuer à pratiquer son humour comme Dieudonné aujourd’hui.

  6. Ce que je dis à la diaspora ! Nous n’avons qu’à prendre un peu plus conscience qu’il nous faut réagir. Pour cela il nous faut nous unir par association pour permettre que les nôtres s’expriment.

    1. C’est déjà fait. Le CRAN imite le CRIF. Tout ça pour créer la division chez les Français et le communautarisme. Les noirs, les juifs, les musulmans, les catholiques etc. Ce n’est pas ça la France. Le creuset français, c’est l’assimilation. Qn se moque d’où viennent les uns et les autres, ce qui compte c’est qu’ils soient des Français. Ça ne sert à rien de monter les uns contre les autres.

    1. Il y a eu pire que lui et ces humoristes sont toujours présents. On n’arrête pas de se faire insulter. Pourquoi l’humour d’Eric Blanc serait plus dérangeant que le prétendu humour de Michel Leeb ?

    2. Je ne considère pas Michel Leeb comme un humoriste mais comme un raciste, à qui on a laissé la bride sur le cou. Tous les écrans de France lui ont été ouverts. Il pouvait en toute tranquillité casser du noir, applaudi par une France imbécile qui se croyait bien pensante.
      Je n’approuve pas non plus les provocations de Dieudonné qui ne me font plus rire depuis un bon moment. Soit on rit de tout avec tout le monde ou alors on définit clairement des sujets tabous !
      Pourquoi peut-on se moquer allègrement des noirs, les stigmatiser, sans pouvoir faire de même avec les juifs, les arabes ?
      Je ne n’accepte pas cette hiérarchisation de la dignité humaine et de la souffrance.

    1. Désolé j’ai pas fait exprès, mais je suis « blanc » et mon nom est Lanoir. Mon père tenait un bar à Vesoul (70) et un Sénégalais venait parfois. On ne savait d’où. Comme un rêve. Et il s’amusait et amusait la salle en disant: « Je suis noir je m’appelle Blanchette et je viens boire un coup de rouge chez Lanoir ! »

      Il se moquait de lui-même, de nous aussi, mais avec nous. C’était une grande leçon d’humour et personne ne lui a jamais lancé de blague raciste ou nauséabonde. Tout était dans la démystification. Tel est, je crois, le rôle de l’humour et et des humoristes!

      1. @Lanoir Ce commentaire confirme le racisme dont était victime le noir qui se présente lui-même sous le sobriquet « Blanchette ». En fait tu n’as rien compris si tu croyais que c’était son vrai nom.

      2. Le commentaire de Lanoir montre 2 choses importantes:

        1) La façon dont se présentent un très grand nombre de « noirs » en France, quel que soit leur milieu.

        2) Ce qu’attendent d’eux les Français.

        La communauté noire en France doit comprendre qu`elle est sabotée par un grand nombre de ses semblables qui jouent au

        singe amuseur… Lorsqu’ils sont dans des milieux ou les Afro-descendants sont rares (Le Sénégalais du commentaire de Lanoir).

        Ces comportements ont des repercussions gravissimes. Et ils generent des commentaires parternalistes et infantiles comme ceux de Lanoir ci-dessus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

x Close

Une Autre Histoire

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial
RSS
Facebook
Facebook
Le chevalier de Saint-George, le nouveau livre de Claude Ribbe vient d'être publié cliquez ici pour le commander
Hello. Add your message here.