Jordan Davis

Jordan Davis

Le 23 novembre 2012, à Jacksonville (Floride), dans une station-service, Michael Dunn, 47 ans, a tiré dix coups de feu sur une voiture occupée par quatre adolescents afro-américains. Le motif invoqué : le volume de la musique qu’ils écoutaient fenêtres ouvertes était trop poussé. Le motif réel : leur couleur.

Les quatre jeunes n’étaient ni agressifs ni armés.

Jordan Davis, 17 ans, a été tué de trois balles. Ses trois camarades s’en sont sortis par miracle.

Jugé en première instance à Jacksonville , Dunn a été reconnu coupable le 15 février 2014 de tentative de meurtre contre les trois jeunes qui n’ont pas été touchés par ses projectiles.

Michael Dunn

En revanche, le jury, malgré quatre jours de délibération, n’a pas réussi à qualifier ce qui est arrivé à Jordan Davis, hésitant entre le meurtre et la légitime défense.

La loi négrophobe « Stand your ground » sur l’ « autodéfense », en vigueur en Floride -et qui ne fonctionne qu’à sens unique, a déjà permis en juillet 2013 à George Zimmermann d’être acquitté pour avoir abattu en février 2012 Trayvon Martin, un autre adolescent afro-américain, qui n’était pas armé, mais que Zimmermann estimait « dangereux » étant bien entendu que la couleur de la peau est susceptible d’être retenu comme un critère par un jury majoritairement raciste.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

x Close

Une Autre Histoire

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial
RSS
Facebook
Facebook
Hello. Add your message here.