1944. Le mythe des soldats afro-américains violeurs

1944. Le mythe des soldats afro-américains violeurs

Après le débarquement des Américains en Normandie l’été 1944, de nombreux viols furent commis par les GI’s.

Ils étaient largement encouragés par une propagande officieuse au sein de l’armée américaine qui mettait l’accent sur la libido supposée insatiable des femmes françaises.

Saisie de nombreuses plaintes, l’armée américaine voulut montrer qu’elle sévissait contre les violeurs. Mais elle ne désigna comme tels que des Afro-Américains, ce qui était une manière commode de se débarrasser de ceux qui étaient soupçonnés d’avoir eu des relations sexuelles consenties avec des Françaises – tabou absolu pour l’état-major américain –  et de les stigmatiser pour ne pas entacher l’image du GI « blanc » libérateur.

Alors que les Afro-Américains ne représentaient que 10 % des troupes américaines, sur les 152 soldats américains qui furent traduits en cour martiale pour viol en juin et octobre 1944, 139 étaient des Afro-Américains, soit 91 %.

Des Françaises – réellement violées ou non – furent encouragées à porter des accusations de viol contre des soldats afro-américains désignés comme bouc-émissaires. Et plusieurs acceptèrent par racisme.

En 1944-1945, 29 condamnations à mort furent prononcées et exécutées. Sur les 29 condamnations, il y eut 25 exécutions d’Afro-Américains, pendus publiquement en France par un bourreau spécialement venu du Texas.

Ainsi l’armée américaine couvrit-elle la plupart du temps les véritables auteurs des viols tout en prolongeant en France les lynchages perpétrés dans le Sud des États-Unis.

L’historienne américaine Mary-Louis Roberts a levé le voile sur cette affaire dans son ouvrage What soldiers do, sex and the american GI in World War II France.

3 réactions au sujet de « 1944. Le mythe des soldats afro-américains violeurs »

  1. La négrophobie est le carburant de la Blanchitude.

    Encore un exemple que ce crime de racisme est congénital à la civilisation occidentale basée sur le principe de « la suprématie blanche ».

    Il est indispensable pour l’Occident de s’affubler de toutes les qualités dans le même temps qu’il dépeint affreusement les autres peuples qui ne sont pas « blancs ».

    La stratégie « du nègre bouc-émissaire » idiot, fainéant, sale, méchant, violeur n’est que la touche finale de l’imposture du « criminel multiséculaire européen » se croyant intouchable…

    1. Oui au même tître que l’on voit toujours les soldats blancs secourir les assiégés et  » miracle  » ce sont des braves, pourtant l’histoire montre aussi que les afro-américains ont beaucoup fait et notamment d’un reportage où des anciens soldats allemands dirent qu’ils avaient préférer se rendre aux noirs bien plus humains. mais ceci comme d’autres choses est ignoré mais percera tout de même un jour !

  2. J’ai entendu cette dame récemment à la radio, je ne sais plus dans quelle émission, aux US ou en France.

    Mais elle n’avait pas donné autant de détails pendant cette interview, elle parlait plutôt des obstacles qu’elle avait eu à franchir pour arriver au bout de son travail…

    Je n’en reviens pas. Le racisme est vraiment horrible. Il fait faire des choses atroces, impardonnables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

x Close

Une Autre Histoire

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial
RSS
Facebook
Facebook
Le chevalier de Saint-George, le nouveau livre de Claude Ribbe vient d'être publié cliquez ici pour le commander
Hello. Add your message here.